Cette nouvelle édition du Mondial des Arts Sucrés a été à la hauteur des précédentes ! Durant quatre jours, les 32 duos mixtes, représentant 16 nations, se sont donnés à fond pour présenter les plus belles réalisations sucrées.

Des réalisations somptueuses Au terme de 20 heures de travail, chaque équipe a pu faire défiler devant le jury et le public enthousiaste trois pièces artistiques (en sucre, chocolat et pastillage), un gâteau de voyage, un entremets, trois bonbons au chocolat et un dessert à l'assiette, tous coordonnés à un thème propre à chaque pays. C'est finalement l'Italie, représentée par Sarah Accoroni et Luigi Bruno d'Angelis, qui a emporté les faveurs du jury avec un buffet inspiré des fonds marins. Leur sirène de sucre d'1,30 m de haut, toute en transparence, semblait défier les lois de la gravité. Avec le chocolat, ils ont réussi à sculpter un espadon sortant de l'eau tout à fait remarquable. Enfin, leur dessert de restauration reposait sur un poulpe étonnant.

La sirène italienne : une pièceen sucre majestueuse, d'unehauteur d'1,30 m.

L'Asie bien placéeL'équipe malaisienne, Lau Hwei Min et Chong Ko Wai, est arrivée seconde. Ses réalisations un peu folles étaient tirées de l'univers d'Alice au Pays des Merveilles. Le Japon, Yasuko Yokota et Koji Fujii, s'est placé à la troisième place avec une Bête de chocolat plus vraie que nature et une Belle de sucre fort gracieuse. Les Français Muriele Benaroch et David Briand, qui avaient misé sur le French Cancan, ont joué de malchance : leur danseuse de sucre a perdu une jambe au moment du transfert sur le buffet. Ils se classent tout de même à la 4e place avec en prime le Prix du meilleur état d'esprit. La Suisse a reçu quant à elle le prix de l'originalité DGF pour ses réalisations autour du Moulin Rouge. Enfin, Anne-Laure Chorand, rédactrice en chef de La Toque Magazine, a remis le Prix Coup de Coeur de la Presse au duo venu de Singapour (voir encadré). Une cinquième édition haute en couleurs !

Feu d'artifice• Du rythme, de l'émotion, une ambiance survoltée : assister à la remise des prix – notamment pour remettre celui de la presse - du Mondial des Arts Sucrés, c'est avoir la certitude que votre coeur va s'emballer et votre tension faire des bonds ! Le suspense, savamment entretenu par le maître de cérémonie et MOF Didier Stéphan, est tel que chacun retient son souffle… pour lâcher d'un coup son énergie en applaudissant les gagnants à tout rompre. Un grand moment ! A.-L. C.

par Cécile Rudloff (publié le 10 mars 2016)