MANGER PLUS SAINEMENT FAIT BIEN PARTIE DES PREOCCUPATIONS DES FRANÇAIS. Et ils le mettent en pratique : entre 2015 et 2017, le budget qu’ils ont consacré à l’achat de produits estampillés bio (consommés à domicile) a progressé de 43 %, d’après l’Agence pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique. En toute logique, ils souhaitent désormais trouver des produits de qualité équivalente lorsqu’ils se nourrissent hors de leurs murs.

La RHD en retard

Interrogés par l’Agence Bio, 83 % de consommateurs ont déclaré vouloir trouver une offre bio au restaurant, 70 % dans la restauration rapide et 56 % en distribution automatique. Ils en désirent également davantage dans leurs cantines - d’entreprise ou d’école. Et là, le gouffre : toujours d’après la même source, en 2018, la part du bio représentait 1,4 % seulement, en valeur, des achats alimentaires de la restauration commerciale.

L’Agence a en outre questionné les chefs pour en savoir plus sur ce qu’ils mettaient dans leurs assiettes. Au départ, le baromètre paraît s’approcher des attentes : 45 % des restaurateurs affirment introduire des produits bio dans la carte. Mais dans le détail, c’est plus ténu. 21 % des établissements proposent un ingrédient ou produit bio au moins une fois par mois, 10 % seulement un plat complet et 4 % un menu. Il reste un peu de chemin à parcourir !

C.R.