En novembre 2016, Solange Gautier crée l’association Pâtisseries solidaires, suite au décès tragique de sa fille Juliette Vuillaume. « Toute jeune pâtissière, elle était horrifiée par le gaspillage alimentaire, le fait que l’on puisse jeter des desserts aussi soigneusement préparés », raconte la Parisienne qui partage cette indignation. Germe alors l’idée de faire d’une pierre deux coups, en récupérant les invendus de pâtisseries pour les donner à des associations caritatives, en capacité de les recevoir et de les redistribuer à leur tour à leurs bénéficiaires, « parce que le droit à la douceur et à l’excellence ne doit pas être refusé aux personnes en difficulté », relève-t-elle sur la page Facebook de son association. Pour échanger sur ce projet, elle prend contact avec le patron de sa fille disparue, le pâtissier Carlos Marques, d’emblée séduit par cette démarche, à la fois généreuse et écologique.

Préserver l’intégrité des desserts et la sécurité alimentaire : une priorité pour les bénévoles de l’association.

Allègement de 60 %

Depuis, le pâtissier parisien est devenu le parrain de l’association et l’un de ses fidèles partenaires, comme dix autres de ses collègues en Île-de-France. Pour l’artisan, l’opération ne présente aucune contrainte : « En cas d’invendus en fin de journée, j’appelle l’association qui passe alors récupérer les surplus dans nos deux boutiques du 17e arrondissement et d’Asnières-sur-Seine. » Solange Gautier peut compter sur une fidèle équipe de bénévoles pour transporter les précieux desserts, dans des bacs isothermes prévus pour préserver la qualité et la sécurité alimentaire des produits. Tous sont livrés dans la foulée aux associations caritatives et structures d’entraide sociale partenaires, comme Emmaüs Solidarité, les Restos du cœur ou le centre d’hébergement d’urgence La Péniche du cœur. Ce sont jusqu’à 150 desserts qui peuvent être ainsi donnés chaque soir, avec des pics les veilles de fermeture hebdomadaire et pendant les fêtes, à des personnes qui n’ont pas les moyens de s’en offrir. En contrepartie, Pâtisseries Solidaires délivre « des bordereaux de remise de dons aux artisans, correspondant à un allègement de 60 % de la valeur brute des invendus », précise sa fondatrice.

Antennes en province

Après plus de trois ans d’activité à Paris et en proche banlieue, l’association s’apprête à se développer en province, avec l’ouverture d’antennes à Lyon, Marseille, Mulhouse et Nice, prévues courant 2020. Une option qui viendra s’ajouter aux initiatives croissantes en matière de gestion des invendus, comme les applications type TooGoodToGo ou les outils de reconditionnement (à l’image du « crumbler », lire La Toque n°294, p. 26). Et Solange Gautier de commenter : « Cela va dans le bon sens ».

Barbara Guicheteau

Informations et contacts en ligne : www.facebook.com/PatisseriesSolidaires