Déguster des croissants frais, sans avoir à sortir un orteil de son nid douillet… Voilà une idée qui plaît aux Français ! Désormais, ce rêve peut devenir réalité. Mr Matin, Good Morning Paris, Paris Breakfast – pour ne citer qu'eux – comblent les envies de viennoiseries matinales dans la capitale. Mon Petit Déjeuner fait de même à Nice, Régal Matin à Avignon, My Petit Dej à Grenoble. Fort de son implantation à Lyon, Limoges et Antibes, Bon Réveil a annoncé son développement en franchise…

Des boulangers partenaires Toutes ces affaires sont l'oeuvre de jeunes entrepreneurs, qui ont grandi avec les nouvelles technologies et l'habitude des achats sur Internet. S'ils n'ont pas d'expérience de la restauration, leur gourmandise les pousse, en général, à s'appuyer sur des boulangers. « Nous sélectionnons les artisans pour la qualité de leurs produits », explique ainsi Wissem Belyasmine, co-créateur de Mr Matin, qui valorise ses partenaires sur son site Internet. Concrètement, les clients commandent au plus tard la veille avant 19 h. Les livraisons sont réalisées dès 7 h, en vélo, triporteur, scooter, voire véhicule réfrigéré. D'un point de vue économique, soit le prestataire achète les produits boulangers (à tarif négocié), soit l'artisan touche un pourcentage du chiffre d'affaires réalisé sur sa zone de chalandise. « L'idée, complète Wissem Belyasmine, c'est que nos partenaires ne perdent pas d'argent et puissent réaliser un chiffre d'affaires additionnel. »

Foodora, l'un des spécialistes  de la livraison des repas à domicile,vient de lancer son servicepetit déjeuner.

Les entreprises, plus rentables Si le service aux particuliers paraît le plus logique de prime abord, il n'est pas le plus rentable. A cause du panier moyen, d'une part (45 à 50 € tout de même chez Bon Réveil, d'après un article paru dans Les Echos de la Franchise) et de la fréquence d'achat d'autre part. « Chez nous, les particuliers représentent 15 % de l'activité, confirme Wissem Belyasmine. Il s'agit d'une clientèle à forte dominance féminine, âgée de 20 à 30 ans et qui commande en moyenne une fois par mois. » De fait, les livreurs de petits déjeuners se sont, pour la plupart, déjà reportés sur la clientèle d'entreprise. « Leurs profils sont divers, affirme le co-créateur de Mr Matin. Nous fournissons de grands groupes et des agences de communication qui soignent l'accueil de leurs clients, ainsi que des médias et des start-up qui veillent sur le bien-être de leurs salariés au travail. » En payant le service global, ces sociétés s'affranchissent de toute la logistique liée à la mise en place d'un buffet, tout en bénéfi ciant d'une garantie sur la qualité. Un marché à développer Le créneau est concurrentiel, mais pas encore saturé. Il reste de la place pour de nouvelles initiatives. La preuve ? Foodora, service de livraisons culinaires à Paris et Lyon, vient d'annoncer qu'il livrerait désormais le matin des produits boulangers de 7 h 30 à 10 h 30. La structure vient de signer un partenariat avec Eric Kayser pour la livraison de l'ensemble de sa gamme, de 7 h 30 à 22 h 30 en semaine et de 8 h 30 à 23 h 30 le week-end. Et, à Paris encore, Petit Déjeuner Etoilé promet un début de journée de palace, avec des produits signés Christophe Michalak. D'autres artisans renommés ne devraient pas tarder à s'inscrire dans la course… Et vous ?

par Cécile Rudloff (publié le 6 juillet 2016)