Suite à une assemblée générale survenue à la fin du mois d'octobre, c'est Amandio Pimenta qui a été élu président de l'Equipe de France de Boulangerie. Il vient ainsi remplacer Christian Vabret, fondateur de cette association (loi 1901) de Meilleurs Ouvriers de France voici une vingtaine d'années.

Indéniablement, cette transmission se veut l'aube d'une nouvelle ère pour la quarantaine de MOF qui constituent l'équipe, soit environ les 2/3 de cette « élite des boulangers » en France. Effectuée sous l'égide de la Confédération Nationale de la Boulangerie- Pâtisserie Française et de son président Jean- Pierre Crouzet, cette passation a son importance dans la mesure où l'Equipe de France a pour fonction première d'assurer la renommée du pain français et du métier d'artisan boulanger en France, mais aussi dans le monde entier.

Un rôle fédérateur

Amandio Pimenta a donc la tâche, avec les 16 membres de son Conseil d'Administration, d'assurer la continuité de cette « responsabilité morale » qui consiste à maintenir au plus haut niveau la qualité du pain – gustative et nutritionnelle – et l'éthique de ses disciples.

« On ne doit pas laisser aux autres le soin de parler de son propre métier » : cette citation, le nouveau président aime bien la faire sienne. Elle indique en effet la charge qui lui incombe de « conserver au métier ses belles valeurs, dans le respect des prérogatives de chacun. » En d'autres termes, il se donne « un rôle fédérateur, objectif, exemplaire » et souhaite « tout mettre en oeuvre pour atteindre un consensus au sein de la profession. » Car ce n'est pas un secret : celle-ci est loin d'être un long fleuve tranquille, entre fortes personnalités et initiatives parfois controversées…

A nouveau président, nouvelles missions

L'Equipe de France veut se donner les moyens d'un rayonnement inédit, passant par des actions bien définies, qui s'étofferont sûrement au fil du temps. Parmi les principaux objectifs envisagés, on peut citer : 

• la volonté de se rapprocher du grand public, en s'appuyant notamment sur l'Observatoire du Pain ; • la nécessité d'organiser une réflexion sur les concours ; • la création de Journées Techniques nationales ; • la mise en place d'un site internet propre à l'Equipe de France ; • la réalisation d'une Encyclopédie du métier, avec une approche essentiellement technique afin d'évaluer l'ensemble des évolutions survenues au fil des concours MOF.

par Anne-Laure Chorand (publié le 3 décembre 2010)