La Toque : petites annonces de matériel et fonds de commerce pour boulangerie et patisserie. Emploi.


Mieux vendre

Epiphanie

Une nouvelle approche de la galette

Publié le vendredi 15 décembre 2017 - 16h10

Galette salée (Photo : Latoque.fr).

Cet incontournable de la boulangerie-pâtisserie mérite d’être dépoussiéré. Voici quelques pistes pour aborder différemment la période de l’Epiphanie.

 

Oubliez le prix de la poudre d'amande. Zappez vos concurrents qui se moquent des dates traditionnelles de l’Epiphanie. Faites fi des polémiques sur les surgelés et les tarifs décriés par les consommateurs. Oui, ces sujets sont importants, mais ils mobilisent une partie de votre matière grise alors que vous avez besoin de toutes vos capacités pour innover. En journalisme, on appelle cela un marronnier : il revient à intervalles réguliers, mais il faut le traiter, à chaque fois, avec un angle nouveau et attrayant. La galette est votre marronnier, une opportunité formidable pour surprendre vos clients et prouver votre créativité. Haut les cœurs !

Idée n°1 : Bousculer la tradition
Oui, l’usage est de façonner rond et de garnir de frangipane, avec un peu d’alcool et beaucoup de poudre d’amande. Mais regardez les grandes maisons : chaque année, elles sortent des séries limitées plus audacieuses.  La forme peut être ovale, ou carrée. Et si vous réalisiez des boules, comme pour un pain marguerite ?  Le contenu peut être customisé. Certains la garnissent de pommes, d’autres de chocolat. On en a vu aussi à la violette, au spéculoos, au pamplemousse… En Alsace, un collectif de bouchers a même osé une « tourte des rois » à la joue de porc.  Enfin, la fève reste un bon moyen de sortir du lot, si vous optez pour un modèle personnalisé, voire précieux (lingot, diamant…).

 

Galette (Photo : Latoque.fr).Fournir les ingrédients en kit,
ou enseigner l'art de la galette,
un bon moyen de créer le buzz !



Idée n°2 : Oser le kit
Donner aux consommateurs les moyens de fabriquer eux-mêmes leurs galettes ? Oui, absolument. Certains la réalisent déjà, par passion pour la cuisine ou par lassitude pour les prix trop élevés dans le commerce. Une bonne raison de reprendre la main !  Vendez le produit fini, mais proposez aussi la version prête-à-monter, avec les différents éléments (pâte feuilletée maison, frangipane de votre tonneau, mignonnette de rhum…) afin qu’ils puissent l’assembler eux-mêmes. Vous mettez ainsi en valeur votre savoir-faire, tout en créant une nouvelle opportunité d’échanges avec vos clients.  Ouvrez votre laboratoire une demi-journée pour un atelier frangipane, réservé à une poignée d’inscrits. A la clé, là aussi, dialogue et promotion de vos coups de main, pour une nouvelle complicité avec les participants.  Même si votre recette est réellement reprise (prendront- ils vraiment la peine de retenter l’expérience à domicile ? Rien n’est moins sûr), vous avez tout à gagner en termes d’image. 

Idée n°3 : Créer l’événement, susciter l’émulation
Les consommateurs aiment jouer, que ce soit en boutique ou sur Facebook.  Vous pouvez lancer un concours photo (sur le thème roi et reine par exemple), dans lequel le fan ayant obtenu le plus de « j’aime » gagnerait un joli lot.  Proposez aux entreprises alentours de façonner une seule galette pour tous leurs employés… et mettez-les en concurrence : la société qui aura commandé la plus grande pourrait remporter un cours dans vos locaux, ou des produits de votre choix (pour les salariés qui auront trouvé une fève, par exemple). Une mécanique similaire est également envisageable avec les associations locales.  Enfin, organisez un concours, avec la complicité de vos voisins commerçants : des fèves gagnantes qui donnent droit à des lots chez eux (dîner au restaurant, plateau de fromages, bouquet de fleurs…) ou d’autres suggestions avec des galettes pour lots. Une belle manière de jouer collectif ! 

Galette de Richard Legay (Photo : Latoque.fr).L'érotisme, en clin d'œil
Jouer la carte coquine peut être une bonne idée. Du moins si vous êtes à l’aise avec la grivoiserie et sans tomber dans la vulgarité… Dans le Marais à Paris, la galette magique est une signature de la boulangerie Legay. En forme de sexe masculin, elle renferme une fève du même acabit : « Nous n’en vendons pas autant que des rondes, mais les clients sont contents de pouvoir amener chez des amis une galette inédite, qui fait rire. Même les mamies du quartier en commandent », raconte Richard Legay. Attention tout de même à ce que ce type de produit n’arrive pas sur une table d’enfants, ce serait du plus mauvais effet (si vous vous demandez si c’est déjà arrivé, la réponse est oui, l’an passé en Bretagne).

par Cécile Rudloff

(publié le 15 décembre 2017)

autopromo La Toque, tout sur la boulangerie, patisserie
Mieux vendre

Un labo ou fournil... Sans boutique

Vendredi 23 mars 2018

 ...

Comment gérer un client difficile ?

Vendredi 23 février 2018

 ...

Savoir répondre au téléphone

Vendredi 19 janvier 2018

 ...
La Toque est une publication du   


à La Toque Magazine


Découvrir
nos Offres

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK