La réglementation

Le Paquet hygiène (règlement CE N° 852/2004) pose un cadre relativement précis (mais souple) concernant la qualité technique des matériaux utilisés pour recouvrir les murs en zones de production. Pour rappel, la réglementation exige (en théorie) une obligation de résultats et non de moyens. Ainsi, et c’est important de le rappeler, aucun professionnel du secteur privé (hygiène, agencement, architecture, installation d’équipements…) ne peut vous imposer un matériau en particulier et encore moins une marque. Il peut par contre avoir sélectionné certaines références qu’il juge pertinentes. Vous avez toujours la totale liberté d’en choisir une autre qui vous paraît plus adaptée à votre situation (à condition qu’elle réponde évidemment aux critères donnés par la législation).

Le caractère ininflammable du revêtement est impératif à proximité d’un four à bois.

Les critères techniques

En pratique, il est fréquent que les inspecteurs de l’hygiène recommandent telle ou telle catégorie de revêtement. Dans ce cas, il est plus difficile de s’y opposer… Toutefois, si vous êtes convaincu du bien-fondé de votre solution (quelle qu’en soit la raison : coût, durabilité, écologie, style…), il vous faudra justifier votre choix en demandant un avis technique (à un laboratoire ou au fabricant) et en vous référant à la législation : « Les surfaces murales doivent être bien entretenues, faciles à laver et, au besoin, à désinfecter. À cet effet, l’utilisation de matériaux étanches, non absorbants, lavables et non toxiques est requise, ainsi que d’une surface lisse jusqu’à une hauteur convenable pour les opérations, sauf si les exploitants du secteur alimentaire peuvent prouver à l’autorité compétente que d’autres matériaux utilisés conviennent. » (Règlement CE N° 852/2004, Annexe II, Chap. II).

Les surfaces à proscrire

Il est évident que certains matériaux ne répondent pas à ces critères. Citons :

- les revêtements « bruts » en bois, ciment, pierre, plâtre, plaques de plâtre (non couvertes) et tout autre matériau rugueux, poreux, altérable, putrescible ou friable ;

- les surfaces fragiles peintes, vernies, enduites ou couvertes d’un textile, même si celui-ci est renforcé (toile en fibre de verre par ex.), ainsi que toute surface qui ne supporterait pas les opérations de nettoyage-désinfection ou qui résisterait mal aux rayures et aux chocs ;

- les surfaces carrelées difficiles à nettoyer (faïence texturée par ex.) ou dont les joints sont poreux et altérables (en ciment non hydrofuge par ex.) ;

- les matériaux combustibles ne présentant aucune garantie contre le feu (bois bruts, agglomérés, stratifiés, plastiques conventionnels…).

Le Corian (brevet Dupont) permet de recouvrir les murs et le mobilier.

Les matériaux conseillés

Il est vivement recommandé d’opter pour des revêtements résistants (souvent plus onéreux) qui pourront tenir dans le temps. Ceux-ci doivent donc idéalement avoir obtenu des certifications concernant la réaction au feu, la résistance à l’eau projetée à haute pression, le contact alimentaire, la résistance mécanique (chocs, abrasion) et la résistance aux produits chimiques (acides, graisses, solvants, détergents, désinfectants…). Voici quelques solutions durables usuelles :

- les carreaux de céramique haute résistance posés avec des joints étanches (résine époxy par ex.) ;

- les peintures-résines murales haute résistance aptes au contact alimentaire (époxy sans solvant bi-composants par ex.) appliquées sur des surfaces lisses résistantes aux chocs et au feu (béton lissé, ancien carrelage, anciennes plaques composites…) ;

- les panneaux « sandwich » isothermes composés d’une âme isolante rigide (polystyrène) et de deux plaques collées de chaque côté (polyester, PVC) ;

- les plaques pleines haute résistance en résine polyester ou en composite polyester/fibre de verre ;

- les plaques pleines en PVC rigide qui permettent de couvrir à prix modique et rapidement une surface non conforme ;

- les plaques pleines en composite résine acrylique/charge minérale (type Corian) qui ont l’avantage de pouvoir être thermoformées (et ainsi de pouvoir épouser parfaitement des surfaces courbes).

Armand Tandeau