Avec son associé - alors gérant d’une boulangerie en Aveyron, la jeune femme se lance avec pour objectif de « développer une activité qui a du sens ». Après la théorie, place aux tests et au lancement de la campagne de financement participatif sur la plateforme Ulule. Grace aux fonds récoltés, le projet prend forme.

Lire aussi : Nicolas Benard, biscuitiers circulaire

Cap sur les cavistes et épiceries fines

5600 bières sont ainsi produites et rapidement vendues dans les épiceries fines, chez les cavistes, auprès des chefs et sur le site web de la marque, sans oublier quelques points de vente de grande distribution comme l’enseigne Carrefour Market à Paris. Pour fabriquer sa bière, Camille Lugol mise sur les invendus de pain d’une trentaine de boulangeries parisiennes. Mais pas n’importe lequel, de la baguette tradition et uniquement du jour. Le pain est alors récupéré, séché et broyé. Chez LBF - La Brasserie Fondamentale, le brasseur partenaire, il est incorporé à la recette de bière, remplaçant un tiers du malt. Exit le gâchis, « le pain n’est pas jeté et on économise l’énergie liée à la production du malt » se réjouit la jeune femme.

Lire aussi : Idées snacking salé et malté, l’apéritif boulanger

Jamais deux sans trois

Depuis le début de l’aventure, 315 hl de bière ont été produits, soit quelque 100 000 bouteilles sous deux références : une blonde légère et une IPA aux notes d’agrumes. Une troisième bière ambrée va prochainement rejoindre la gamme. L’avenir se jouera aussi dans le bio avec l’utilisation de malt 100% bio dans les recettes. Sans oublier l’innovation avec de nouvelles références à venir et la sortie d’un fût de 30 litres pour les bars et restaurants.

Claire-Sophie MARTIN