_
Actus
tendance - La tarte tropézienne, star des brioches
En 1955, à Saint-Tropez, sur le tournage du film Et Dieu créa la femme, l’actrice BB s’enticha de la tarte tropézienne et la rendit célèbre. © Pauline Daniel

La tarte tropézienne, star des brioches

La tarte tropézienne, imaginée dans les années 1950 par un artisan boulanger de Saint-Tropez, est devenue mondialement célèbre grâce à Brigitte Bardot. La marque s’est développée en innovant.

Alexie Valois

La brioche garnie de crème a séduit la belle. En choisissant Saint-Tropez pour décor de son film Et Dieu créa la femme, le réalisateur Roger Vadim a changé pour toujours le destin du village varois. Et en s’entichant de la recette du boulanger Alexandre Micka, l’actrice Brigitte Bardot a bouleversé sa vie.

« En 1955, Saint-Tropez était encore le petit village de pêcheurs plein de charme qui ne vivait encore que de son artisanat, écrit-elle. Le peu de boutiques ne vendaient que des produits du terroir qui sentaient délicieusement la Provence, le fait maison, le tout tenu par de vrais Tropéziens “avé” l’accent. Parmi eux, une boulangerie-pâtisserie dans laquelle je dégotai une tarte unique, délicieuse, légère sous ses airs d’étouffe-chrétien, que je fis goûter à toute l’équipe du tournage. Ce fut une ruée vers la boulangerie. Tout le monde voulait la tarte de Brigitte qui n’avait pas encore été baptisée “tarte tropézienne”. Cette fameuse année, si “Dieu créa la femme”, il créa aussi la tarte tropézienne dont je suis bien évidemment l’heureuse marraine ! »

La version aux framboises, en saison. © Pauline Daniel

Nom déposé à l’INPI

Cette brioche garnie est inspirée des pâtisseries polonaises. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Alexandre Micka fuit son pays natal et devient gardien à la citadelle de Saint-Tropez. Après la Libération, le jeune Polonais ouvre une boulangerie-pâtisserie. L’une de ses viennoiseries signatures lui vient de sa grand-mère : une brioche garnie d’un mélange de crème pâtissière et de crème au beurre.

Saint-Tropez attire d’autres artistes, puis une foule de visiteurs en tous genres. Ils goûtent à la fameuse tarte. Le boulanger développe donc son commerce. Sa troisième adresse, à Sainte-Maxime, se situe idéalement sur la route très passante venant de la côte d’Azur. En 1972, la recette et le nom tarte tropézienne sont déposés à l’INPI (Institut national de la propriété intellectuelle).

Boutiques en ville et en ligne

Avec 18 boutiques en propre et 7 magasins franchisés, l’entreprise La Tarte Tropézienne est présente sur toute la façade méditerranéenne. Une boutique en ligne existe depuis 2016. Le laboratoire de Cogolin prépare et expédie les produits de la marque, partout en France en 24 heures, avec Chronofresh. Les tartes et autres gâteaux sont placés dans un emballage thermoformé, glissé dans la boîte rouge et blanche.

Alexie Valois
Un successeur visionnaire

L’épouse de l’artisan étant savoyarde, le couple s’approvisionne chez des producteurs de montagne. Lui aussi alpin, Albert Dufrêne est formé par Alexandre Micka, et lui succède en 1985. Il crée un labo de production, ouvre des boutiques et diversifie l’offre en vitrine. La tarte est préparée en quatre, six, huit ou dix parts, et déclinée en bouchées « baby trop’ ». En saison, elle est garnie de framboises.

PARTAGER TWITTER IMPRIMER ENVOYER

À lire également