_
Actus
métier - La seule pasticceria de Paris se trouve dans le quartier Montorgueil
Simona et Marinella, le duo 100 % italien du quartier de Montorgueil.

La seule pasticceria de Paris se trouve dans le quartier Montorgueil

Les Italiens exilés à Paris et les amoureux de la dolce vita se donnent désormais rendez-vous à Paris (IIe) pour prendre leur café et une pâtisserie traditionnelle.

Lê Thi Mai Allafort

Simona et Marinela, le duo qui se cache derrière cette petite adresse chaleureuse, signe le parti pris de donner un air italien à cette première enseigne de la pâtisserie 100 % italienne de Paris : Pasticceria Simona. « En Italie, on s’arrête prendre un café plusieurs fois par jour, on échange quelques mots et on retourne travailler », raconte Simona Vignolo Pezziardi, qui mime le geste de poser une pièce sur le comptoir tout en prenant une tasse et en faisant de grands gestes. Professeur d’italien en entreprise et maman de trois enfants, Simona a décidé d’ouvrir « la pâtisserie qu’[elle] aime » à l’image d’une petite pasticceria où, quand elle retourne dans les Pouilles en famille, le rituel est de s’y arrêter pour retrouver le goût de l’Italie.

La boutique est située dans le quartier animé de Montorgueil. © l.allafort

Pari gagné, Simona est soutenue par tout le monde (son mari, Dominique, a cru en ce projet dès le début et l’a beaucoup encouragée, de même que ses enfants, qui lui ont dessiné le logo) : six mois lui suffiront pour ouvrir sa boutique, épaulée par le Syndicat de la pâtisserie de Paris. Marinela Sufali, la pâtissière, répond à son annonce postée sur les réseaux sociaux. Elle qui a été formée à l’université de cuisine Alta Formazione Tione di Trento et qui a fait ses armes dans de grandes maisons (Monte Napoleone, chez Giovanni Ciresa puis à Paris), sensibilisée à la slow food, a un parti pris pour la pasticceria : utiliser moitié moins de sucre dans les recettes traditionnelles de pâtisserie italienne et par conséquent proposer de l’ultra-frais chaque jour. Il a aussi fallu bannir le saindoux, ingrédient traditionnel du pasticciotto (pâte sablée fourrée de crème pâtissière et cuite au four). On retrouve aussi dans la vitrine le mimosa (génoise, crème pâtissière, fraises ou ananas), la crostata di frutta fresca (tarte aux fruits), le sacher (clin d’œil aux origines du Nord de l’Italie de Marinela), le babà napolitain, le cannolo, la torta de la nonna (pâte sablée, crème pâtissière, pignons de pin et citron) et le caprese, un dessert sans lactose et sans gluten, composé de farine d’amande, d’œufs, de chocolat et d’huile d’olive. Chez Simona, vous pouvez déguster également de la focaccia faite maison (pâte composée de farine 00, de manitoba, de farine de semoule et de T55 préparée la veille sur poolish), des tramezzini, des panini et des millefoglie salés. Marinela propose chaque jour une recette différente, pour fidéliser ses clients au maximum. Mais avant tout, la clientèle passe le matin pour s’offrir un peu d’Italie avec l’excellent cappuccino et le cornetto (avec du café Vergnano, plus une touche de crème pâtissière café, pistache ou vanille dans le croissant) et pratiquer son italien.

Les desserts à l’italienne, une recette qui se fait voir. © l. allafort
Les desserts de la pâtisserie italienne. © l.allafort
Le cornetto fourré à la crème est apprécié des Italiens pour sa légèreté. © l.allafort
Lê Thi Mai Allafort
Plus d'infos sur le sujet

Panettone roi

Pour Noël, le panettone sera roi et décliné avec une recette à la pistache (car elle a le vent en poupe à Paris), une vegan, un abricot confit et caramel, le traditionnel (de Milan) et le pandoro (de Vérone). Ce sera un duo entre Marinela et Andrea Tromboni, un ami qui a remporté la deuxième place au concours de panettone.

PARTAGER TWITTER IMPRIMER ENVOYER

À lire également