_
Actus
blé - Prix de la farine : des hausses séquencées pour être « digérées »
Moulin de Sarralbe. Les indicateurs montrent que la meunerie génère des marges assez faibles. Il n’est plus possible de contracter davantage les coûts. © D. Péronne

Prix de la farine : des hausses séquencées pour être « digérées »

Alors que les postes de charges flambent, blé, énergie, surtout électricité, carburant, les meuniers n’ont d’autre choix que de répercuter ces hausses, de façon progressive, pour ne pas mettre à mal la trésorerie de leurs clients.

Dominique Péronne

« Même si la guerre en Ukraine s’arrêtait demain, nous serions obligés d’augmenter nos tarifs. Sinon, nous risquerions de mettre en péril notre activité. Pour ma part, elle sera de l’ordre de 15 % fin avril. Et cet été, il faudra revoir encore à la hausse nos prix de vente », explique Thierry Dubach (Moulin de Sarralbe, en Moselle). La récolte 2021 a été mauvaise, d’où l’envolée des cours depuis la fin de l’année dernière. Sur le marché ‘‘physique’’, le prix de la tonne de blé a été multiplié par deux en un an. La farine n’a évidemment pas suivi, car d’autres facteurs interviennent. Mais avec l’augmentation du poste énergie, ce n’est plus possible d’y couper, nous devons répercuter la hausse. Chacun tente d’ajuster au mieux pour conserver une marge décente, sans accabler son client. »

Thierry Dubach, DG du Moulin de Sarralbe, en Moselle : « Chaque intervenant de la filière tente d’ajuster au mieux pour conserver une marge décente, sans accabler son client. » © D. Péronne

Aucun risque de pénurie

Même constat inéluctable pour Lionel Deloingce, meunier en Île-de-France et Normandie, vice-président d’Intercéréales. « Nous écrasons 110 000 t par an, sur quatre sites. Nous avions déjà augmenté nos tarifs à l’automne 2021. Une deuxième réévaluation a eu lieu en mars, une troisième est prévue en juillet, une autre en octobre. Au final, nous devrions être à quasiment +30 % en un an. Avec un impératif, continuer à accompagner les boulangers dans leur quotidien. Cette notion de service nous amène à pratiquer ces hausses de manière séquencée, afin qu’elles soient ‘‘assimilables’’ par nos clients. Les meuniers qui ont une bonne couverture, avec des stocks importants, peuvent tenir encore sur des tarifs pondérés un certain temps… Mais, ce sont vraiment les fondamentaux de la construction du prix de revient qui sont attaqués. »

Lionel Deloingce, meunier et vice-président d’Intercéréales : « Ce sont les fondamentaux de la construction du prix de revient qui sont attaqués. » © Intercéréales

Côté approvisionnement, « il n’y a aucun souci à avoir, insiste Anne-Céline Contamine, directrice générale de l’ANMF. Sachant que 99 % de la farine utilisée par les boulanger de l’Hexagone est d’origine française. La problématique est vraiment liée à une logique économique qui contraint à ces hausses du prix de la farine. Et ceci alors que les indicateurs montrent que la meunerie génère des marges assez faibles. Il n’est plus possible de contracter davantage les coûts. »

Dominique Péronne

Plus d'infos sur le sujet

Des enjeux géostratégiques

La Russie et l’Ukraine représentent 30 % des exportations de blé dans le monde. Les agriculteurs ukrainiens sont actuellement en train de semer. Dans ce pays, le blé est essentiellement une culture de printemps. En raison de la guerre, les économistes estiment que la production 2022 de blé en Ukraine sera divisée par deux. Autre actualité compliquée, celle des transports et de la logistique. Jean-Marc Thomas, directeur général de la CFNR(1), explique que deux tiers des péniches qui transportent les céréales sont actuellement bloquées sur le Danube. Des pays comme la Serbie et la Hongrie ont interdit les exportations de blé pendant un mois. Ils viennent d’ouvrir un peu les vannes, mais en limitant leurs exportations aux pays voisins. C’est donc le bassin méditerranéen qui est grandement pénalisé par cette politique, d’autant que les ports sur la mer d’Azov (une partie de la mer Noire) sont bloqués.

(1) Compagnie française de navigation sur le Rhin, qui a une antenne en Serbie.

PARTAGER TWITTER IMPRIMER ENVOYER