Gestion durable des ressources, préservation de la biodiversité, maintien d'un savoir-faire artisanal, protection de la santé, rémunération juste des producteurs, protection de l'économie locale ou nationale… tout cela peut se retrouver derrière un logo ! Alors si vous cherchez des partenaires, meuniers et fabricants, engagés sur le terrain du développement durable, allez voir les labels, les chartes ou les certifications qu'ils proposent. Deux points d'attention : primo, l'usage du label (ou de la marque) implique de bien connaître la législation et les recommandations et, secundo, ces dispositifs marketing exigent une cohérence des pratiques avec l'esprit du label.

Le label du commerce équitableest aujourd'hui contrôlé sur le planinternational par Flo-Cert, un organismede contrôle autonome, indépendantet agréé.

Bonnes pratiques Sur le premier point, impossible (le plus souvent) d'utiliser le logo si la dénomination porte sur l'ingrédient, même s'il s'agit de la matière première principale. C'est le cas pour les produits élaborés à partir de beurre AOC, de sel IGP, de levure Origine France Garantie, de farine LR, de fruits AB, etc. « Prenons l'exemple de notre baguette la Festive qui est reconnue Saveur de l'Année (depuis 2007 !) et élaborée avec une farine Label Rouge. Alors que la distinction des SA concerne la baguette panifiée selon le procédé la Festive, le LR quant à lui valorise la farine élaborée selon un cahier des charges spécifique. Ainsi, la communication sur la Festive, via la sacherie ou la PLV, peut mettre en avant le logo SA et faire référence au LR uniquement via une allégation écrite du type “élaborée à partir d'une farine LR”. Notez que la distinction des SA, même si elle ne correspond ni à un label officiel, ni à une démarche qualité certifiée, est liée à un processus de sélection indépendant effectué par des consommateurs. Pour proposer La Festive et exploiter la totalité des outils marketing mis à disposition, dont le logo SA, le boulanger signe une charte relative aux exigences techniques et commerciales. Tout le sens du logo et la réussite à long terme de la démarche repose sur une cohérence entre ce qu'on met en avant commercialement et ce qui est fait techniquement. C'est au fond une question de responsabilité et de performance durable », explique Edwige Ivaldi, responsable marketing chez Festival des Pains.

Tout est dans le contrôle Pour le Label Rouge et l'Agriculture Biologique sur les produits finis, le niveau d'engagement est d'un tout autre ordre. Aussi, des organismes indépendants en charge de la certification et du contrôle (Eco-Cert, Certipaq, Flo-Cert, Bureau Veritas Certification, Qualité France…) sont-ils missionnés pour « faire la police » en cas de dérive. Voilà pourquoi également ils apportent une véritable caution à une démarche qualité. « Si le Label Rouge a la plus grande reconnaissance en France, ce n'est pas un hasard (87 % des Français disent l'avoir bien identifié et déjà consommé, devant l'AOC 73 %, l'AB 67 % et les SA 67 % (1) - NDLR). Cette force vient d'une part du cahier des charges qui exige un niveau de sécurité alimentaire et de qualité gustative significativement supérieur par rapport à d'autres baguettes de tradition française, et, d'autre part, aux contrôles réguliers qui sont effectués en interne par notre groupement et, en externe, par Certipaq. Le LR ne doit pas être rangé aux côtés des distinctions marketing pour lesquelles aucun droit de regard extérieur, ni aucun suivi véritablement sérieux n'existe ! », revendique Muriel Métral, responsable du Groupement Qualité Bagatelle et du Club Le Boulanger.

Les signes officiels gérés par l'Inao (Institut national de l'origine et de la qualité) et/ou administrés par des organismes privés missionnés par l'État (Certifi cation de Conformité Produit ou Origine France Garantie) sont très solides sur ce point. Mais des démarches qualité privées certifiées par contrôle tierce partie (via un organisme certifi cateur) sont également pertinentes. C'est le cas de EQO (Bourgeois), FQB (Banette), Agri Confiance (Copaline)… et tout dernièrement « Croissant d'après Bagatelle » (qui vise à promouvoir la viennoiserie artisanale, faite maison, pur beurre, farine T45 Label Rouge, apport de levain…). Tous les labels ont une dimension développement durable. Ils méritent donc amplement que l'on aille voir ce qu'il y a sous l'étiquette.

Blé Agri-Éthique, un nouveau logo pour la boulangerie Thierry Barbarit, boulanger-pâtissier (La Roche-sur-Yon,85) « Le logo Blé Agri-Ethique* est une marque de reconnaissance et de confiance pour le consommateur. C'est une fierté pour l'entreprise de faire travailler les agriculteurs de notre secteur tout en faisant un pied de nez aux financiers qui nous prennent en otage en permanence. Nous espérons ainsi redonner une vraie importance à notre métier pour valoriser notre image d'artisan et apporter un gage de sécurité pour notre clientèle, qui est de plus en plus sensible aux démarches éthiques et à l'origine des produits.»

* Voir aussi notre article dans La Toque n°239, p. 28.

(1) OpinionWay/Fedelis, 2010.

par Armand Tandeau (publié le 20 janvier 2014)