Les certifications et démarches durables sont nombreuses et variées.

Fairtrade

Les divers labels Fairtrade (Fairtrade Max Havelaar en France) portent sur les produits alimentaires dont la production et la commercialisation des ingrédients répondent aux standards internationaux du commerce équitable. Ils peuvent aussi distinguer le programme d’approvisionnement de certains ingrédients (cacao, sucre, coton). Les standards Fairtrade sont construits autour des trois volets du développement durable (social, écologique et économique), en focalisant sur l’organisation de communautés démocratiques (coopératives) et de structures représentatives dans les plantations (syndicats), l’interdiction du travail des enfants, la réglementation des conditions de travail, la mise en œuvre de méthodes de culture plus écologiques ou la rémunération juste des agriculteurs (prix minimum, primes, transparence…). Notez que Fairtrade soutient le développement de l’agriculture biologique.

© Un prix équitable doit couvrir les coûts d’exploitation et les moyens de subsistance des communautés dans une perspective à long terme.

Biopartenaire

Le label signifie que le produit alimentaire contient au moins 50  % d’ingrédients issus d’un « biopartenariat », c’est-à-dire d’une chaîne d’approvisionnement engagée sur l’agriculture biologique et le commerce équitable. Le cahier des charges s’appuie sur la certification bio européenne et sur le référentiel Fair for Life (pour les partenariats organisés entre la France et d’autres pays).

Rainforest Alliance (et UTZ)

Le label Rainforest Alliance porte sur les produits alimentaires ou certains ingrédients. Il indique que celui-ci a été cultivé dans des exploitations agricoles certifiées selon la « norme pour l’agriculture durable » de Rainforest Alliance. UTZ et Rainforest Alliance ont fusionné en 2018 et ont élaboré en 2020 une nouvelle norme commune applicable désormais aux exploitations. Le label UTZ sera donc progressivement supprimé. Le nouveau cahier des charges repose sur les trois piliers du développement durable, mais se focalise sur la préservation des forêts, la lutte contre le réchauffement climatique, le droit des populations rurales (sur le travail forcé, le travail des enfants, la sécurité, la santé…) et la stabilité économique des communautés.

B Corp

La certification récompense les sociétés les plus vertueuses en termes de responsabilité sociétale des entreprises (RSE). Les entreprises certifiées B Corp appartiennent à une communauté qui soutient l’avènement d’une nouvelle économie mondiale où le business est perçu comme « une force pour le bien », à condition de profiter à toutes les parties prenantes. La certification intègre les normes les plus strictes de performance sociale et environnementale, de transparence publique et de responsabilité légale.

En filière cacao/café, la communauté B Corp s’efforce de réduire les inégalités et les niveaux de pauvreté des communautés, de favoriser un modèle agricole durable, de créer un environnement de travail plus sain, de réduire l’impact carbone, etc. Grâce à sa démarche RSE Live Long, Valrhona a reçu la certification B Corp en 2020.

Cacao-Trace

Le programme d’approvisionnement Cacao-Trace a été mis en place par le groupe Puratos en 2014 pour sa marque de couvertures Belcolade. Il apporte un soutien technique (culture, fermentation, séchage…) et financier aux agriculteurs afin de les aider à produire un cacao de qualité supérieure dans une gestion durable de leurs plantations. Les agriculteurs augmentent ainsi leurs revenus en bénéficiant d’un prix plus élevé (dont un « bonus chocolat » de 0,10 € par kilo). Le contrat est gagnant-gagnant à long terme : les agriculteurs développent leurs compétences, leurs exploitations et leurs outils de production, tandis que l’industriel bénéficie de meilleurs rendements et d’une plus grande qualité. En août 2021, Puratos a annoncé avoir obtenu un soutien de 1 milliard d’euros par un groupement d’investisseurs privés.

Le chocolat équitable est de plus en plus tendance auprès des consommateurs.

Cocoa Horizons

Cocoa Horizons est un programme de durabilité porté par la Fondation Cocoa Horizons, une organisation indépendante à but non lucratif fondée en 2015 à Zürich par Barry Callebaut et ouverte depuis à d’autres entreprises. Ses activités sont supervisées par l’Autorité fédérale de surveillance des fondations (administration suisse). Cette fondation apporte un soutien financier aux communautés de planteurs afin qu’ils puissent améliorer leurs moyens de subsistance, s’engager dans une agriculture durable et entrepreneuriale (productivité, qualité) et soutenir le développement de leur communauté (droit des enfants, éducation, scolarisation, santé, autonomisation et formation des femmes…).

Charte internationale du commerce équitable

Le commerce du cacao et du café a longtemps été inéquitable, les bénéfices étant en grande partie captés par le négoce et l’industrie. Les principes du commerce équitable (CE) ont été instaurés pour rééquilibrer cette injustice. Depuis, le marché des produits labellisés a explosé (+ 12 % en 2020) et les certifications se sont diversifiées (Fairtrade, Fair Trade USA, Fair for Life, World Fair Trade Organization.…). Certaines organisations ont revu leurs exigences afin d’étendre leur cahier des charges, au risque de ne plus être toujours très éthiques sur certains points. Tous les labels ne se valent donc pas. Pour harmoniser les différentes approches, il existe une Charte internationale du CE (2018) et, en France, la loi n°2014-856 relative à l’économie sociale et solidaire (art. 94). Celle-ci précise le socle obligatoire du CE, incluant notamment un contrat d’engagement d’au moins trois ans, un prix « rémunérateur » et un « montant supplémentaire obligatoire » pour des projets collectifs. Pour clarifier le positionnement des labels de CE et des diverses démarches durables, Commerce équitable France édite un Guide international des labels de commerce équitable (édition 2020 disponible sur Commercequitable.org).

Armand Tandeau