La sécurisation des points d’accès, c’est la première chose à prévoir. La solution a un effet dissuasif et retardateur : elle limite les tentatives de cambriolage et est exigée par les assureurs. Faites blinder tous les ouvrants sans négliger les portes arrière. Privilégiez les serrures et/ou les portes blindées certifiées par le CNPP (Centre national de prévention et de protection) qui garantit la résistance à l’effraction (il existe trois niveaux de résistance). Disposez des vitrages anti-effraction et des barreaux aux fenêtres, même celles situées en hauteur. Protégez votre devanture par un volet métallique, plein de préférence. Protégez les portes accessibles depuis la route contre les véhicules béliers en installant des plots de béton ou des bacs à fleurs (sur le domaine public, cette mesure nécessite l’autorisation de la mairie). Ne remettez jamais les clefs de la boulangerie à des salariés que vous connaissez peu, mais toujours à des personnes de confiance.

Monnayeurs

Les monnayeurs automatiques (CashMag ou CashGuard, par exemple) dissuadent les actes malveillants (braquages, cambriolages). Les modèles coffres-forts peuvent aussi avoir un effet retardateur (par le scellement au sol, une porte blindée, un habillage en tôle épaisse, une serrure trois points, un poids élevé...), même si les plus aguerris en viennent à bout en quelques minutes. Il est conseillé de faire des levées de fonds le plus souvent possible, quitte à faire intervenir un convoyeur de fonds (qui interviendra à n’importe quel moment de la journée ou de la soirée). Évitez aussi de conserver vos recettes dans un coffre fort visible et accessible.

Vidéoprotection

L’installation de caméras sur le domaine public a un effet sécurisant pour les commerçants et réduira sensiblement les vols, braquages, cambriolages. Les autorités locales (la mairie souvent) sont autorisées à filmer les abords immédiats des commerces exposés. Un commerçant peut aussi filmer, sous certaines conditions, la voie publique située autour de son établissement (avec l’autorisation du maire) ainsi que les zones privées accessibles au public (magasin, terrasse, salle de réception). Dans tous les cas, le commerçant doit respecter la législation (information du public, stockage et délai de conservation des images, accès aux enregistrements...) et obtenir une autorisation de la préfecture en déposant un dossier argumenté (formulaire Cerfa n° 13806*03). Dans les lieux privatifs ou les locaux à usage strictement professionnel (qui n’accueillent pas de public au sens de la loi), la mise en place de caméras doit s’effectuer dans le respect de la vie privée et du droit à l’image. Le Code civil (article 9) ou le Code du travail (articles L.2312-38, L. 1222-4 et L. 1221-9) sont alors applicables. Il n’est donc pas autorisé à filmer des réserves, des zones de production (laboratoires, fournils) et des abords privés dans un objectif de surveillance. Les caméras fictives sont toutefois autorisées à titre préventif.

Générateur de brouillard

Les premières secondes sont décisives suite à une intrusion. Le niveau de stress du cambrioleur est à son comble et toute perturbation peut susciter une panique.

Les générateurs de brouillard Density (distribués par Protect France) produisent une épaisse fumée (non toxique) qui envahit l’espace en quelques secondes. Le malfrat perd ses repères et déguerpit faute de pouvoir aller plus loin. Couplée à une alarme, la solution semble extrêmement efficace pour protéger ses réserves, zones de production ou espaces de vente.

Armand Tandeau