Plus de 730 000 lecteurs pour Ouest France, 6 Millions de téléspectateurs pour le 13 heures de TF1… et autant de clients potentiels pour votre boulangerie ! Pour profiter de cette audience, à vous de contacter les rédactions et de leur donner envie de se déplacer. Une pêche miraculeuse qui nécessite des techniques particulières !

Idée n° 1 : Identifier ses cibles Au-delà du journaliste, c'est son lecteur qui vous intéresse. Il s'agit donc de viser les bons médias, en fonction de votre objectif : • Pour toucher de nouveaux prospects, misez sur la presse, la radio et la télévision locales, sans oublier les journaux gratuits, les blogs et sites consacrés à la région, • Pour développer vos affaires à l'échelle hexagonale (si vous fabriquez un produit atypique, qui supporte l'envoi postal, par exemple), sollicitez les médias nationaux, • Pour augmenter votre notoriété, faire reconnaître votre savoir-faire auprès de vos pairs, adressez-vous aux supports professionnels. Vous ne vendrez peut-être rien de plus (quoique…), mais l'article pourra vous être utile auprès d'un banquier ou d'un fournisseur. Il ne vous reste plus qu'à trouver les coordonnées du journaliste concerné par votre activité, en contactant le média.

Idée n° 2 : Préparer l'appâtComme vous, le journaliste cherche à retenir l'attention de son lecteur. Pour cela, il guette des informations qui sortent de l'ordinaire : • De la nouveauté : une création pâtissière exceptionnelle, l'ouverture d'une seconde boutique, le lancement d'un nouveau service inédit, etc. • Un sujet d'actualité : votre collection de bûches avant Noël, les chocolats avant Pâques, la galette pour l'Épiphanie, à condition, toujours, d'avoir quelque chose d'original à proposer ! • La participation à un concours (du boulanger, du pâtissier, de l'apprenti…) ou à une action caritative. • Un événement organisé par vos soins, comme des portes ouvertes, une visite d'écoliers, une fête d'anniversaire de la boutique, le 100 000e client…

Idée n° 3 : Lancer l'hameçon « Ensuite, il faut rédiger un petit texte de présentation, qui répond aux cinq questions essentielles : qui, quand, quoi, où, pourquoi, explique Jean-Patrick Blin, gérant de l'agence de relations presse AB3C. Il doit être court, clair, factuel – surtout pas commercial, les journalistes détestent cela. Reste à l'envoyer accompagné d'une belle photo, sans oublier les coordonnées de la personne à contacter de votre côté en cas de demande d'informations complémentaires. » Attention aux délais : une semaine d'avance suffit pour les quotidiens, mais il faut anticiper d'un à deux mois pour les mensuels.

En intégrant vos retombées presse  à votre site web - comme ici NicolasBernardé, MOF Pâtissier - vos   clients pourront les consulter !

Idée n° 4 : Soigner le poisson On vous appelle ? Banco ! Reste à bien recevoir la personne : « le journaliste est un amplificateur d'information, reprend Jean-Patrick Blin. Il (ou elle) va vous servir de porte-parole. Mieux vaut donc l'accueillir dans les meilleures conditions, pour lui donner envie de parler positivement de ce qu'il a vu ! »• Soyez souple dans la prise de rendez-vous et vraiment disponible à l'heure dite, • Faites visiter votre laboratoire, goûter vos créations, en toute transparence, répondez aux questions simplement (et succinctement), • Ne demandez pas à relire l'article avant sa parution : le journaliste pourrait le prendre pour de la défiance. En revanche, s'il le propose, acceptez et rappelez-le rapidement (en ne demandant qu'à modifier d'éventuelles erreurs ; pour ce qui concerne l'écriture, c'est son travail).

Idée n° 5 : Et après ? Avant son départ, demandez à votre interlocuteur la date de parution de son reportage, pour pouvoir vous le procurer. Gardez également les coordonnées du journaliste pour d'éventuels contacts ultérieurs. Au moment de la publication, pour en démultiplier l'effet, affichez l'article en boutique, sur votre page Facebook, votre site internet… Puis gardez-le précieusement dans votre livre d'or !

Publicité, article, quelle différence ?Une publicité est payante. En contrepartie, c'est vous qui fournissez les éléments (textes et images) et contrôlez le résultat. A contrario, un reportage est gratuit. Vous donnez la matière au journaliste en répondant à ses questions, il l'utilise comme il le souhaite. L'impact d'un article est plus fort auprès du public qu'une publicité.

par Cécile Rudloff (publié le 26 mars 2015)