Par la grâce des réseaux sociaux et du grand Internet, il ne suffit plus d'être un bon boulanger, un excellent commerçant et un gestionnaire hors pair pour attirer le chaland. Désormais, il faut aussi savoir tirer le portrait de son pain, de ses pâtisseries et de ses sandwichs, pour capter le regard de ses fans.

Idée 1 : Soigner l'environnementQuand on photographie quelque chose, on a tendance à se focaliser sur le sujet et à oublier ce qui apparaît autour, comme le torchon qui traîne ou la tache de gras au second plan.• Prenez le temps de vérifier que rien ne va parasiter votre cliché, tournez votre produit pour vous assurer de ne garder que son meilleur profil. Et faites attention aux reflets (notamment pour les photos de vitrine).• Eventuellement, accessoirisez la scène avec une jolie assiette, des ustensiles propres, une serviette en papier de couleur contrastée, etc.• Si vous préférez un fond neutre, créez un mini studio avec une grande feuille de papier, fixée à angle droit (contre le mur et sur une table, par exemple), sur laquelle vous pourrez poser le sujet.? L'astuce de Robert Moleda*, photographe professionnel : « On peut utiliser, pour le fond, des échantillons de papier peint, qui donneront, en plus, une idée de l'état d'esprit de l'artisan. »

Dans les coulisses d'une photo   professionnelle : une grandefeuille blanche, quelquesaccessoires...

Idée 2 : Eclairer La lumière du jour est la plus réaliste. Mais selon l'heure, l'ensoleillement, etc, elle est aléatoire et difficile à modifier. Quant aux néons d'un laboratoire, ils sont rarement du meilleur effet. • L'utilisation de lampes permet de modifier les contrastes, de donner du relief au produit, ressortir le brillant d'un nappage, etc. Il suffit de la faire tourner autour du sujet pour tester l'effet. • « Pour adoucir une lumière dure, on place une feuille de papier calque devant l'ampoule, les ombres sont ainsi moins marquées », explique Thomas Maquaire, responsable de la Nikon School** à Paris. • « Et pour renvoyer la lumière (et annuler les ombres - NDLR), il suffit de placer un carton blanc ou un miroir face à la source lumineuse, de l'autre côté du sujet », ajoute-t-il. ? L'astuce de Robert Moleda : « Le papier sulfurisé remplace parfaitement le calque. »

Idée 3 : Cadrer Que voulez-vous montrer ? La tranche d'un entremets de toutes les couleurs ? L'effet miroir d'un glaçage ? • Placez l'appareil plus ou moins en hauteur, selon ce que vous souhaitez mettre en avant (le dessus, le côté…), • Rapprochez-vous pour réaliser un gros plan du sujet : la photo est ainsi plus efficace, car on voit tout de suite de quoi il s'agit. ? L'astuce de Robert Moleda : « en surélevant légèrement l'arrière de l'assiette avec une cale, on peut photographier le produit de face tout en mettant en valeur son volume, ses contours… »

Et voilà le résultat :une croûte éclatante, une mie couleur chaude, un produit appétissant.

Idée 4 : Choisir Pour obtenir un bon cliché, mieux vaut faire plusieurs essais. N'hésitez pas à bouger, pour prendre la photo sous différents angles et, si vous disposez d'un pied, avec divers réglages. Ainsi, vous n'aurez plus qu'à faire le tri pour poster la meilleure image : • nette, sur laquelle on voit bien le produit, • colorée, qui attirera l'oeil de vos amis sur Facebook, • gourmande, qui donne envie de goûter au produit.

Idée 5 : Faire appel à un professionnel Photographier est un métier. Rien ne vaut l'oeil et la technique d'un professionnel. Autant l'amateurisme passe sur Facebook, autant il peut vous nuire sur un site Internet vitrine ou une brochure de Fêtes. Pour ces cas précis, mieux vaut faire appel à un photographe, par exemple une fois par an, pour qu'il shoote l'ensemble de votre gamme. Pour le choisir… • Renseignez-vous autour de vous, recherchez quelqu'un d'aguerri, qui dispose d'un studio. • Visitez les sites Internet de photographes près de chez vous, pour vous assurer que leurs réalisations vous plaisent. • Comptez environ 600 euros pour une journée de prestation… Un budget à mettre en regard avec la valorisation que vous y gagnerez !

Quel matériel ? Un Réflex, qui vous permettra de jouer sur les di fférents réglages. L'objectif macro est un vrai plus, car il vous permettra de croquer vos produits de très près, avec un résultat net. Un pied qui stabilise l'appareil et vous autorise à essayer toutes les options de vitesse d'obturation, sans craindre le flou. Une lampe, voire deux, plutôt larges et modulables (type halogène 300 watts, avec un variateur), que vous pourrez faire tourner autour du produit pour réduire ou renforcer les ombres, les refl ets…Un carton plume blanc, pour réfl échir la lumière. Un noir pour la couper.

* Robert Moleda : www.studioaltiphoto.com ** Nikon School : www.nikon-school.fr

par Cécile Rudloff (publié le 20 novembre 2015)