On voit rarement un consommateur s'orienter vers une boulangerie ou une pâtisserie uniquement pour ses emballages. En revanche, ils peuvent s'avérer un argument pour le faire revenir…

Idée 1 : Priorité à la praticité Le client vient dans votre boutique pour vos produits. Le conditionnement lui importe peu : c'est un moyen de transporter son achat vers l'endroit où il va le consommer. Mais si le sachet s'écroule sur le trottoir ou que les pâtisseries s'écrasent dans la boîte, quel que soit votre savoir-faire, il y a peu de chances que vous le revoyiez ! • Prévoyez des contenants adaptés aux formats de vos créations, • Testez-les en conditions extrêmes (dans le top-case d'un scooter, à pied en étant très chargé…), • Demandez à votre fournisseur des moyens ou astuces pour caler les pâtisseries.

En vitrine, les supports  (ceux-ci sont signés) peuvent  avoir une influence sur le choix du client.

Idée 2 : Un vecteur d'image Dès que le consommateur a passé la sortie, il associe l'emballage à votre entreprise. Les deux doivent donc être coordonnés. En résumé, « dites–moi à quoi ressemblent vos boîtes, j'en déduirai l'interprétation de vos clients » : • Sacherie basique, boîtes blanches, sacs en plastique fin (fournis à la demande « insistante » du client) : boulangerie sans prétention, qui se contente du minimum, • Packagings en kraft recyclé, sacs en papier : commerçant respectueux de l'environnement (bon point !), • Emballages colorés, voire agrémentés d'inscriptions renseignant sur la nature de l'offre : artisan qui souhaite se démarquer. Attention cependant à ne pas tomber dans la faute de goût (ex. : couleurs mal appropriées),• Boîtages et sacs en carton épais, sobre (souvent sombre), qui indiquent simplement le nom de la boutique : haut de gamme, chic.

La dernière tendance des emballages transparents quivalorisent le produit(Solia).

Idée 3 : Un outil de communication L'emballage est un support publicitaire : • Dans la rue, il rappelle aux passants votre existence, • Apporté lors d'une invitation, il vous permet éventuellement de toucher de nouveaux clients potentiels, • S'il est particulièrement beau, original, recherché, les convives le déballeront plus facilement à table (plutôt que dans le secret de la cuisine s'il ne présente pas d'attrait particulier), • Mention spéciale pour les produits « cadeaux » : ces biscuits secs, chocolats, gâteaux de voyage… préemballés. Les proposer dans un bel écrin favorise l'achat d'impulsion.

Idée 4 : Des astuces pour alléger la facture Le prix est votre principal frein pour améliorer vos packagings ? Rassurez-vous : cela peut se jouer sur des détails. • La créativité est un atout : certaines patronnes aux doigts de fées se distinguent grâce à des noeuds savants. Des formations existent, profitez-en ! • Un autocollant suffit à personnaliser un cartonnage standard. À vos couleurs, affichant vos coordonnées, il peut suppléer des impressions coûteuses. Cela fonctionne aussi avec un ruban, • Glisser une carte de visite dans deux encoches percées dans la boîte permet au client de garder vos coordonnées. Si elle comporte au dos une promotion incitative, c'est encore mieux !

AVIS D'EXPERT : Trois questions à Vincent Voisin, consultant en stratégie de marque

L.T.M. : Le packaging est-il important ? Vincent Voisin (V.V.) : Dans une boulangerie de proximité, le choix du client se base sur l'esthétique du produit, puisqu'il est présenté nu en vitrine (en dehors de son support, NDLR). L'emballage n'a donc a priori pas d'influence sur l'acte d'achat. En revanche, il prend tout son intérêt lors de la réception du produit et de la présentation à des convives, car il devient alors un support de communication.

L.T. M. : Dans quel cas l'artisan a-t-il intérêt à y prêter attention ? V.V. : La personnalisation des packagings est un plus pour les boulangeries qui ont un réel parti pris marketing : un nom réputé, une date de fondation ancienne, un concept original… Dans ce cas, il apporte une caution au produit. D'autre part, le pack peut être très utile sur des prestations secondaires comme les confiseries, la sandwicherie, les produits « cadeaux »… Tout ce qui est pré-emballé.

L.T.M. : A quoi faut-il faire attention ? V.V. : Il faut que le choix du commerçant soit cohérent avec son identité de marque : en voyant le packaging, le client doit immédiatement faire le lien avec la boutique, que ce soit grâce aux couleurs, aux inscriptions ou au graphisme. L'emballage est une des clés de l'image de marque, il doit être réfléchi au même titre que l'aménagement du magasin.

par Cécile Rudloff (publié le 3 novembre 2014)