_
mieux vendre - Epidémie : s’adapter pour résister
En fabrication, comme en vente, utilisez des gants et présentez vos produits sous protection.

Epidémie : s’adapter pour résister

Face au Covid-19, les artisans ont dû précipitamment (et continuent à) adapter leurs méthodes de vente et de production pour garantir la sécurité de leurs clients et salariés.

Barbara Guicheteau

Idée n°1 : les gestes « barrière »

Toujours d’actualité, ils ont fait partie des premières mesures sanitaires mises en place, avant même le confinement, pour contenir la propagation du virus.

- Distanciation sociale : il est tenu d’adopter au moins 1 mètre de réserve sanitaire, éventuellement matérialisée par un marquage au sol, avec un nombre limité de clients simultanément en boutique. Autant que possible, dissociez les files d’achat et de retrait des commandes, d’entrée et de sortie.

- Hygiène : il est plus que jamais nécessaire de se laver très régulièrement les mains à l’eau et au savon ou avec une solution hydro- alcoolique. Autres préconisations : utiliser des pinces pour le service (comme d’habitude), porter des gants, des calottes, voire des masques, en vente comme en production. Pour optimiser encore la protection en boutique, installer des vitres en plexiglas.

- Désinfection : au-delà du contact humain direct, le Covid-19 se propage via les surfaces. D’où la nécessité de désinfecter régulièrement les poignées de porte (à laisser si possible ouverte, ce qui permettra d’aérer au maximum votre local) et autres équipements en contact avec le public, comme les comptoirs et terminaux de paiement. Enfin, il est conseillé de mettre à disposition des clients en boutique du gel hydro-alcoolique.

Pratique, le site Internet www.lafarinecacouteduble.com met à disposition des artisans des affiches (à imprimer) rappelant les consignes en vigueur côté clients et salariés.

Idée n°2 : le règlement

Dans les commerces, le paiement est une opération critique à sécuriser sérieusement.

- Sans contact : évitez au maximum l’échange de monnaie, en privilégiant le paiement par carte sans contact, sans montant minimum. À défaut, dissociez services et encaissement et demandez l’appoint à vos clients. Seul en boutique ? Veillez à respecter les procédures d’hygiène renforcées en vigueur.

- À distance : certains artisans ont fait le choix de fermer leur(s) boutique(s), comme la chocolaterie Bellanger au Mans (72), pour proposer uniquement la livraison ou la vente à emporter, avec la mise en place de drive voiture et des commandes en ligne ou par téléphone. À défaut d’un site e-commerce, vous pouvez suggérer à vos clients, via les réseaux sociaux, de réserver d’avance des produits par SMS, message ou appel, afin de simplifier les retraits et adapter au mieux votre fabrication aux besoins réels, le but étant de préserver vos équipes et éviter les pertes.

- À Nantes (44), la Maison Arlot Cheng a développé en deux jours une solution de paiement en ligne (Stripe), associée à sa page web, créée sur Square Space. « Nous recevons les paiements en temps réel et cela nous permet d’anticiper la logistique, avec une fermeture des commandes à 20 h, pour une livraison ou un retrait en boutique le lendemain », précise son fondateur, Pierre-Antoine Arlot.

Système D : à Guyan-Mestras (33), Gaëtan Cossoul de la boulangerie Le Bellis a installé une feuille guitare PVC au niveau de sa caisse.

Idée n°3 : l’organisation

Après une ruée sur l’alimentaire, difficile aujourd’hui d’anticiper à la fois les directives à venir et le comportement des clients, plus disséminés depuis l’instauration du confinement.

- Ouverture : de nombreux artisans ont adapté leurs horaires, avec des jours et amplitudes d’ouverture restreints, uniquement le matin en général, pour limiter le contact avec le public tout en assurant l’approvisionnement en pain. Certains ont aussi réservé des créneaux et accès prioritaires (voire des tournées) aux personnes vulnérables. À noter : la possibilité d’ouvrir temporairement 7 j / 7.

- Rationnement : face à l’incivilité et à la panique de certains consommateurs, des magasins ont limité au départ les paniers individuels, pour éviter de se retrouver dévalisés en quelques heures et garantir ainsi la continuité du service à la population. Le confinement a changé la donne. Vous avez des stocks/invendus ? Des artisans ont pris l’initiative de les offrir aux soignants.

- Production : pour éviter d’exposer au maximum leur personnel, certains ont fait le choix de restreindre leur gamme aux produits de première nécessité (pains, viennoiseries), en assurant la fabrication en équipe réduite (voire seul), sur la base du volontariat.

Plus d’information à ce sujet

Pâques dans le flou

L’heure est-elle à l’alimentation plaisir ? Oui, pour le ministre de l’Économie et c’est même crucial « pour le moral », a-t-il précisé à la radio. Vu le contexte, de nombreux artisans ont toutefois décidé de réduire leur fabrication de chocolats, en privilégiant les fritures et moulages simples. Vous avez anticipé la production ? Misez sur la solidarité entre confrères, comme le pâtissier-chocolatier Adrien Marès, à Mayenne (53), dont les créations seront revendues par deux boulangers.

Barbara Guicheteau
PARTAGER TWITTER IMPRIMER ENVOYER

À lire également