« J'vous ai apporté des bonbons »… Comme Jacques Brel, les Français sont nombreux à opter pour des cadeaux culinaires, parce qu'ils sont moins périssables que les fleurs et nettement plus plaisants qu'un objet mal choisi. Pour profiter de cette heureuse tradition, vous êtes en première ligne, puisque vous proposez naturellement en magasin ces douceurs. Reste à le rappeler aux consommateurs, en rendant cette gamme saisonnière bien visible dans votre boutique !

 Dressez votre liste de père Noël Qui dit cadeau gourmand pense immédiatement chocolats. Mais ces produits cacaotés ne sont pas les seuls à faire plaisir. On peut aussi offrir des bonbons, des chouquettes ou des macarons, des financiers, des biscuits secs, et, pourquoi pas, des confitures et des pâtes à tartiner… C'est le moment de faire le tour de vos rayons avec votre boulanger-pâtissier pour recenser les produits festifs et imaginer ceux qu'il pourrait faire pétiller dans le secret de son laboratoire !

Soignez les paquetsUn cadeau se reconnaît à son emballage et, pour Noël, toutes les extravagances sont permises…

• Etudiez l'offre de vos fournisseurs : certains proposent des boîtages écrin que vos clients auront envie de garder.

• Misez sur de jolis contenants - bols, assiettes, verrines… - qui doublent l'intérêt du cadeau : la gourmandise pour tout de suite, tandis que l'objet est à conserver.

• Travaillez l'emballage, c'est votre touche créative qui fera la différence. Assortiment recherché de rubans, noeuds savants (préparés à l'avance) ou formes étonnantes de paquets attireront le regard.

Une boîte à étages originale (Davoise), peut transformer les friandises de Noëlen bijoux de fête.

Elaborez des « packs » Le coffret cadeau est à la mode, une bonne raison de surfer sur cette vague, en proposant des assortiments à thème. Par exemple :

• le « complet », construit autour d'un assortiment de pains de petit format, à poser sur le buffet du réveillon, à la manière de la corbeille de fruits élaborée par les marchands de fruits et légumes,

• le « bon vivant », garni de chocolats, d'une bouteille de vin qui les mettra en valeur (et de deux verres à pied ou un tire-bouchon original),

• le « sans » : sans sucre, sans sel, sans gluten, pour faire plaisir à tout le monde,

• le « professionnel », constitué d'un produit original (financier au goût atypique, praliné pétillant…), d'une sélection de recettes à essayer seul et d'un bon pour un cours de pâtisserie à faire valoir dans votre laboratoire,

• le « touristique », compilation de gourmandises régionales (braedeles alsaciens, biscuits roses de Reims, calissons d'Aix, bêtises de Cambrai…) Mettez cette offre en valeur Pour mettre toutes les chances de votre côté, affichez votre gamme « cadeaux » au plus tôt. Ainsi, vos clients auront le temps d'en prendre conscience, d'y penser et d'inclure votre offre dans leur liste de Noël.

• Dressez une vitrine festive, spéciale cadeaux, pour mettre en scène vos assortiments et montrer leurs généreux contenus.

• Imprimez un catalogue détaillé et enrichi de photos. Vous pourrez le glisser aux clients dès la mi-novembre afin qu'ils le consultent chez eux. L'idéal serait de proposer une large fourchette de prix, pour couvrir tous les budgets, du petit cadeau d'appoint, acheté à la dernière minute, au beau présent volumineux, qui fera sensation.

Le cadeau, c'est aussi...

Pour les fêtes de fin d'année, vos clients apprécieront que vous les accompagniez dans leurs préparatifs. Ils seront ainsi ravis de trouver chez vous…

Des décorations de sapin qui changent, à base de pains d'épices, confi series colorées et petits sablés, dans lesquels le pâtissier aura simplement percé un trou et auxquels vous aurez ajouté un ruban.

Des accessoires de table, pour animer leur mise en scène du dîner du réveillon. Les papillotes en chocolat se transforment en repose-couteau, les figurines en pâte d'amande égaient la tablée tout en servant de petit cadeau pour chacun… Sans compter les petites gourmandises que l'on sert en fin de repas, avec le café !

par Cécile Rudloff (publié le 7 novembre 2011)