Même si l'école fut pour vous un cauchemar... Retournez-y par la grande porte ! Les enseignants seront ravis de vous recevoir et leurs élèves, tout ouïe, ne demanderont qu'à devenir des fans de votre boulangerie.

Idée n°1 : Un investissement sur le long terme Prescripteurs d'aujourd'hui, les bambins sont vos clients de demain. Une bonne raison de les rencontrer, mais pas la seule : • Le pain, ils l'adorent, comme les viennoiseries, les pâtisseries et les bonbons. Une appétence qui leur donnera envie de vous écouter ! • Les enfants sont curieux. Quand vous leur aurez montré vos matières premières, vos techniques de fabrication, votre métier… Ils seront plus sensibles à l'importance de l'artisanat. • L'alimentation est pour eux un sujet majeur. En leur faisant goûter des produits différents, vous ouvrez leur horizon gustatif. • Qui sait, vous pourriez éveiller des vocations !

Idée 2 : Contactez les professeurs Les enseignants sont - en général - très heureux d'accueillir des intervenants, car un professionnel qui vient parler de son métier marque durablement les esprits. • Si vous avez un enfant scolarisé, profitez-en pour évoquer l'idée avec son instituteur. • Un coup de fil au responsable de l'école, du collège ou du lycée le plus proche de votre commerce devrait suffire à enclencher le projet. • En terme de planning, l'idéal est de ne pas attendre (en laissant tout de même passer le choc de la rentrée) : cela vous permettra d'organiser une prestation de qualité.

Idée 3 : Préparez votre intervention Puisque vous décidez d'investir votre temps et votre énergie, il serait dommage de rater votre démonstration à cause d'un défaut d'organisation. • Avant tout, rencontrez l'enseignant pour vous mettre d'accord sur le thème. Il saura vous indiquer le niveau des enfants, pour que vous puissiez adapter votre discours et prévoir les travaux pratiques. • À tout âge, votre savoir offre un intérêt : découverte sensorielle, information nutritionnelle, découverte d'un métier… • Côté pratique, pensez à tout le matériel nécessaire. Et arriver à l'heure est du meilleur effet !

Idée 4 : Laissez un (bon) souvenir Intervenir dans l'intérêt général est louable, mais cela ne vous empêche pas de vous occuper un peu de votre promotion. • Munissez-vous de petits tabliers et de toques miniatures (votre meunier pourra peut-être vous en fournir ?). Quel effet pour les photos ! Attention cependant : si vous souhaitez utiliser ces images, vous devez en demander l'autorisation aux parents. • Concevez et imprimez des « Diplômes du petit mitron » qui feront la fierté des enfants. • Prévoyez des boîtes ou des sachets mousseline pour que vos petits stagiaires puissent ramener chez eux les produits qu'ils ont fabriqués. • N'oubliez pas le petit cadeau maison, fabriqué avec amour par votre équipe, que vous offrirez avant de partir dans un sachet à votre logo. Juste au cas où les enfants ne parviendraient pas à se souvenir du nom de votre boutique !

TémoignagesIsabelle Sardon, directrice d'école (à g.) et Claire Lamouroux, institutrice en petite section

« - Travailler sur le pain permet d'aborder la question des céréales, du moulin, de la farine… De nombreux livres, comme La Grosse Faim (Éditions Didier Jeunesse), évoquent la boulangerie. - Quand les enfants participent, ils ont moins peur de goûter. On peut en profiter pour leur faire découvrir di fférentes sortes de pain. - Les petits adorent mettre la main à la pâte. Pour eux, c'est un moment festif, idéal pour les échanges. - La visite de la boulangerie et l'intervention à l'école sont complémentaires : cela permet d'explorer la variété des produits de la boutique, de voir les outils utilisés par le boulanger, de rencontrer l'artisan et de fabriquer, pour observer la transformation des matières premières. »

ExpérienceStéphanie et Guillaume Potherat, de Barbizon (77) « À l'occasion de la Fête du Pain, nous avons organisé un atelier pour la centaine d'enfants de l'école du village. Nous avions préparé des pâtons de pâte à pain au lait, que les enfants ont transformés en bonhommes ou en hérissons et décorés avec des pépites de chocolat, des raisins, etc. La mairie avait prêté tables et bancs, ainsi les enfants ont pu passer en petits groupes. Les créations ont ensuite été posées sur du papier sulfurisé, sur lequel était noté le nom de leur propriétaire. Nous les avons fait cuire à la boulangerie avant de les ramener le lendemain à l'école. Et, le soir de l'atelier, nous avions confectionné des petits pains au chocolat blanc, partagés avec les parents. Nous ne l'avions pas fait pour cela, mais cela donne une très bonne image de notre commerce ! »

par Cécile Rudloff (publié le 25 septembre 2014)