« L'habit ne fait pas le moine », voilà un adage qui ne tient pas pour la présentation de vos vendeuses ! Leur tenue donne aux clients des indications sur le profil de votre entreprise. Une bonne raison d'y prêter attention !

Idée n°1 : Des tenues spécialesPorter au magasin un vêtement différent de celui revêtu à l'extérieur permet d'épargner ce dernier. Entre le pain, abrasif et les pâtisseries, salissantes, les tenues de vente sont mises à rude épreuve. De plus, assorties à l'image de la boutique, elles permettent aux clients d'identifier la personne à laquelle ils doivent s'adresser. Enfin, un « uniforme » aux couleurs de l'entreprise permet d'impliquer les employés. « C'est une manière de les reconnaître dans leur rôle, et cela se sent dans leur manière de vendre », assure Violaine Bourguignon, boulangère chef d'entreprise à Metz (57).

« Nous avons de plus en plus de demandes  pour des couleurs vives, assorties aux teintes  du magasin », indique Marie Blanchard,directrice marketing pour Bragard.

Idée n°2 : Vous portez un message Vous faites de plus en plus attention à votre image à travers votre décoration… Le look de votre personnel suit la même logique. • Tee-shirt coloré et blue jeans donnent l'impression d'une boulangerie jeune, décontractée (si les tenues sont propres et les produits qualitatifs. À défaut, cela fait négligé) ; • le tablier écru renvoie à l'authenticité. Ce style « à l'ancienne » se conjugue avec des fabrications rustiques ; • la tunique ou blouse coordonnée font monter le standing d'un cran : votre entreprise apparaît professionnelle car rien n'est laissé au hasard ; • le tailleur chic signale une maison de luxe.

Idée n°3 : À la coupe La garde-robe réservée à la vente – en dehors de toute considération esthétique – doit faciliter le travail. • Exit tabliers longs et jupes crayon dans lesquels les jambes s'empêtrent. Oubliez également les manches longues et amples qui pourraient balayer l'étalage des pâtisseries. • En revanche, les poches sont pratiques pour garder à porter de main carnet, stylo, clés, etc. • Le tissu doit être résistant : ce vêtement passera très souvent en machine, en séchoir, voire sous le fer à repasser. Les fournisseurs sérieux utilisent des étoffes de plus en plus techniques.

« Les coupes renouvelées cartonnent, relève Raphaël Hans, directeur généralde Febvay". Les tabliers se rapprochentdes tenues de ville. »

Idée n°4 : Côté pratique Mieux vaut prévoir plusieurs tenues pour assurer le roulement. Et des astuces d'organisation pour que le personnel soit toujours assorti. • À chaque jour sa couleur : blanc le lundi, rouge le mardi… Cela permet aussi de coordonner les vêtements pour les employés du laboratoire et de la boutique. • La plupart du temps, les salariés sont responsables de l'entretien de leurs habits. « Je fournis une tenue avec son mode d'emploi, raconte Violaine Bourguignon. Je dis à quelle température régler la machine et quelle lessive utiliser. J'ai même placé une table et un fer à repasser dans l'arrière-boutique et je montre à mes vendeuses qui l'ignorent comment s'y prendre. » C'est bien là l'essentiel : quel que soit votre choix, le vêtement réservé à la vente se doit d'être toujours net. Car, même si le client ne le regarde pas, il le voit et perçoit le message subliminal qu'il véhicule.

Tenue correcte exigée ! Porter des blouses coordonnées, assorties à l'image de la boutique… C'est bien ! Mais l'effet pourrait être gâché en cas d'oubli des règles de base. Petit rappel : Les cheveux doivent être coiffés : courts, ou attachés. Rien de pire que la mèche qui traîne dans les entremets ou le cheveu retrouvé dans son dessert par un client jusque-là satisfait. Messieurs, cela vous concerne aussi : le boulanger velu qui apporte une panière de baguettes en « marcel » devrait appartenir au passé. Enfilez une veste ! Les ongles doivent être courts et propres. Attention aux faux ongles ! Privilégiez une manucure soignée. Vos mains sont un outil de travail, qui doit être impeccable ! Bagues volumineuses, bracelets en pagaille et longs colliers à breloques méritent de rester au vestiaire. Là encore, c'est une question d'hygiène : vos effets ne doivent pas approcher des produits que les consommateurs mangeront ensuite. Ils y sont très sensibles. Le chewing-gum ? À la poubelle ! Un seul accessoire est autorisé et même vivement recommandé ! Simple, mais tellement vendeur, à suspendre à ses deux oreilles pour toute la durée du service : le sourire !

par Cécile Rudloff (publié le 5 mai 2014)