Côté caisse, ils passeraient presque inaperçus. Dix centimes par-ci, deux euros par là… La vente de bonbons peut sembler anecdotique. Pourtant, avec la confiserie, certains d'entre vous réalisent un joli chiffre d'affaires. « Il y a trois ans, j'ai atteint mon record, avec 10 000 euros de bonbons vendus sur l'année », témoigne ainsi Baptiste Guillevic, gérant de Pains en Folie, à Sainte-Anne d'Auray (56).

Idée n°1 : Pourquoi les proposer S'en passer ? « Ce serait un manque à gagner », reprend Baptiste Guillevic. • Comme vous le savez, le sucre est un doudou puissant pour les petits, comme les grands. Disposer d'un produit réconfortant est un atout. • Cette gamme est souvent l'occasion pour un enfant de devenir client, seul, pour la première fois. Autant que ce petit plaisir inoubliable se réalise chez vous plutôt qu'au supermarché ! • En voyant vos bonbonnières, les bambins tirent leurs parents par la manche. Et, une fois la porte passée, à vous de jouer pour qu'ils ne sortent pas seulement avec une micro douceur sucrée. « C'est un produit d'appel envers les jeunes, ajoute le gérant de Pains en Folie. Les ados du lycée voisin viennent pour les bonbons, puis pour les viennoiseries et les sandwichs. »

Un présentoir à hauteur du regard   des enfants encourage les ventes.Ici, à la boulangerie du Mambourgà Sigolsheim (68).

Idée n°2 : Adapter son offre Artisanat ou revente ? Industriel ou roulé à la main ? Au rayon bonbons, tout est permis, à condition de trouver son public. • Les plus jeunes sont attirés par la couleur et les sensations fortes. « Plus c'est acide, plus ils sont heureux », note Baptiste Guillevic. D'où l'engouement pour les Têtes brûlées, fraises Tagada version piquante et autres bandes qui pétillent sous la langue. • Si vous êtes proche d'un collège ou d'un lycée, foncez sur les modèles farces et attrapes ! « Les coffrets Harry Potter rencontrent un franc succès. On y tombe, au hasard, sur de vrais parfums – anis, citron – ou des saveurs dégoûtantes - gazon tondu, chaussette puante. » • Pour les adultes, la sobriété est de mise. Vous pouvez jouer la nostalgie (coquillages, roudoudous et mistral gagnant), voire carrément le charme désuet (berlingots, guimauves, bâtons de réglisse).

Idée n°3 : Bien présenter Quel que soit votre choix de produits, si vous décidez de vendre des confiseries, autant leur donner toutes les chances d'être vendues. • Les présentoirs doivent être propres et joliment dressés (halte aux boîtes en plastique léger qui s'affaissent, jaunissent, se déchirent… Bref, vieillissent mal). • Certains d'entre vous misent sur des aménagements personnalisés, et c'est une bonne idée. Mention spéciale quand le dispositif est transparent (pour que les bonbons soient visibles), près de la caisse (le top : des tiroirs translucides glissés dans le meuble) et à hauteur des yeux d'enfants.

Idée n°4 : Ruser Une animation spécial bonbons ? Elle risque de détonner si le fait-maison est votre principal atout… • Si vous fabriquez vous-même vos confiseries en rayon, montrez-le ! A la rentrée, pour Carnaval, etc., organisez une démonstration en boutique. Le travail du sucre vaut le coup d'oeil de vos clients ! • Si vous avez choisi la revente, profitez des éventuels jeux et promotions organisés par les fournisseurs. • Vous pouvez également jouer avec la décoration en réalisant, pour la rentrée par exemple, une vitrine spéciale confiseries, avec un mannequin habillé de bonbons. • Enfin, pour éviter le gâchis, recyclez les nouveautés impopulaires dans des sachets mélangés et empilez les modèles mous sur des brochettes. Cela vaut toujours mieux que les pertes !

Rendez-vous le 7 octobre Depuis plusieurs années, le Syndicat National de la Confiserie réalise un travail enthousiasmant pour promouvoir les sucreries. Ainsi, il est à l'origine de la Journée des petits plaisirs, « l'unique journée où 100 % des participants qui ramènent leur fraise repartent avec la banane ». Cette année, l'événement est fixé au 7 octobre. En amont, du 1er au 30 septembre, les Français sont invités à dédicacer un message à leurs proches sur le site www.despetitsplaisirspour.com. Les 1 000 plus beaux messages seront récompensés d'un sachet de confiserie. Évidemment, rebondir sur cette opération peut être une piste d'animation pour votre boutique. En consultant les archives du Syndicat (www.confiserie.org), vous en trouverez sans doute bien d'autres…

par Cécile Rudloff (publié le 12 septembre 2016)