_
Rencontres
personnalité du mois - Rencontre avec Sébastien Le Mentec, graphiste-décorateur de devantures de boutiques
© B. Guicheteau

Rencontre avec Sébastien Le Mentec, graphiste-décorateur de devantures de boutiques

Diplômé des Beaux-Arts, ce graphiste-décorateur réalise des devantures commerciales sur mesure. Une façon originale d’afficher ses valeurs artisanales.

Barbara Guicheteau

De Paris à Rennes, via Le Mans, ce Breton d’origine signe au pinceau des enseignes, fresques, vitrines poétiques et uniques. Ombrées, dégradées, voire dorées sous verre, ses lettres se distinguent par leur graphisme singulier, proche de l’écriture manuscrite, avec un petit côté vintage dans l’air du temps.

La Toque Magazine (LTM) : en quoi consiste le métier de peintre en lettres ?

Sébastien Le Mentec (SLM) : C’est un vieux métier, quasi disparu à la fin du siècle dernier avant de renaître aujourd’hui, avec le retour à l’artisanat et au fait maison. Mon travail consiste à réaliser des lettres sur mesure et à la main, tous supports confondus (verre, bois, pierre, métal...), en intérieur et en extérieur, avec une économie de moyens et de matériaux. Cela apporte une vibration différente à une devanture.

LTM : Comment réalisez-vous vos décors ?

SLM : Soit je pars d’un logo existant que j’adapte en style et en dimensions aux contraintes architecturales du bâtiment, suivant les envies du client. Soit je pars d’une feuille vierge. Comme je suis graphiste, je peux réaliser l’identité visuelle globale d’une marque. La palette de couleurs et de designs est infinie mais je veille à prendre en compte l’environnement, en particulier dans les vieux centres historiques. Et contrairement à une idée reçue, ce n’est pas parce qu’un logo est grand qu’on le voit mieux.

LTM : Le résultat est-il résistant ?

SLM: Je travaille avec des peintures émail et acryliques, résistantes aux intempéries. Contrairement aux adhésifs, elles ont l’avantage de bien se patiner avec le temps et de générer moins de déchets pour un résultat plus durable.

LTM : Quelle est votre journée type ?

SLM :Généralement, la réalisation d’une devanture requiert une à deux journées de peinture sur place. Il y a tout un travail préparatoire en amont, créatif et technique, qui consiste à prendre les cotes du lieu, créer et faire valider le projet, réaliser les lettrages à taille réelle sur ordinateur puis les imprimer sur un papier prépercé en atelier, qui va servir de patron sur le support à peindre. Je peux aussi faire de la sérigraphie sur verre, des pochoirs pour des petits formats.

LTM : Quel est votre meilleur souvenir culinaire ?

SLM : Je garde un excellent souvenir de l’oranais, cette viennoiserie avec de la crème pâtissière et de l’abricot que je mangeais, enfant, en Bretagne. Mais je n’en ai pas vu ni goûté depuis des années.

Barbara Guicheteau
L’art de l’artisanat

Pour sa troisième adresse, l’Atelier n° 2, située à l’entrée de la vieille ville du Mans, le boulanger Arnaud Buronfosse a fait appel à Sébastien Le Mentec : « Un artiste pour une boutique coup de cœur », confie cet ancien de chez Fauchon, ravi du résultat, élégant et intemporel, reflet de ses valeurs artisanales. Dans le Grand-Ouest, le peintre en lettres a signé la devanture d’une dizaine de boulangeries. Le budget dépend de la complexité du projet, de la surface à traiter et du temps passé. Compter entre 500 et 1000 € pour une enseigne.

Plus d’infos : www.slm-decors.com

PARTAGER TWITTER IMPRIMER ENVOYER

À lire également